pkha news

Un nouveau concept-store: le magasin sans emballage

De plus en plus nombreux à voir le jour, souvent dans des villes européennes innovantes, dans lesquelles une partie de la population se préoccupe de l’avenir de la planète, que sont réellement les magasins sans emballage et que proposent-t-il de plus que nos magasins traditionnels?

2014-09-26 1023 2014-09-26 1027

Ils ont tous le même leitmotiv: lutter contre le suremballage et le gaspillage alimentaire.

AGIR! Proposer une écologie préventive, du “pré-cyclage” plutôt que du recyclage.

Contrer l’achat impulsif des consommateurs, souvent trompés par les emballages. Respecter les besoins des clients en leur offrant le choix des quantités.

Comment ça fonctionne?

Là où les allemands privilégient les emballages papier ou verre, les français, à Bordeaux, laissent leur client choisir tout type d’emballage: sacs en plastique et tupperware sont les bienvenus. Et si vous ne savez pas où mettre vos courses, on vous prête des contenants consignés. Tous s’accordent pour privilégier les producteurs locaux et les produits de qualité. En achetant en gros et sans intermédiaires superflus, les magasins sans emballage proposent des prix plus intéressants que dans les magasins traditionnels. Quant aux produits frais nécessitant des conditionnements individuels comme les produits laitiés, les emballages sont consignés.

Il est encore trop tôt pour savoir si ce genre de magasins va emballer le public à défaut d’emballer les produits.

Le seul magasin sur ce modèle ayant fermé ses portes est celui de Londres. Pourquoi? Le magasin sans emballage fonctionnait bien jusqu’à ce qu’un restaurant et un bar, destinés à vendre les produits transformés du magasin, soient développés en parallèle.

Où trouver des magasins sans emballage:

La chaîne de magasin espagnole www.granel.cat compte une dizaine de magasins et ne semble pas vouloir s’arrêter là.

En France, à Bordeaux: www.la-recharge.fr

En Belgique, à Anvers: http://www.berobuust.com, l’accent est mis sur le bio

En Allemagne, à Kiel: www.unverspackt-kiel.de

             à Berlin: www.original-unverspackt.de

En Italie: www.negozioleggero.it, cette chaîne de magasins existe depuis 2009 et propose plus de 250 produits non-emballés (produits alimentaires, beautés, liquides et entretiens) L’enseigne organise également des ateliers DIY (Do It Yourself) pour apprendre à faire son pain ou ses produits d’entretien.

Qu’en pensent nos experts P.K.H.A, spécialistes Retail:

L’idée est bonne et elle ne date pas d’hier. Ce qui est intéressant ici, c’est l’utilisation des circuits courts. Producteurs et détaillants n’ont aucune contrainte de volume, de packaging, d'étiquetage, etc… Contraintes plus que présentes dans un circuit de distribution normal.

Le consommateur acquiert une nouvelle liberté dans sa façon de faire ses courses. Il choisit le contenant, adapté à son mode de fonctionnement, on ne lui impose plus un format de produit. Le consommateur choisit la juste quantité des produits dont il a besoin. Il apprend à faire ses courses en faisant appel à ses besoins et non à son instinct, souvent trompé par le packaging suggestif des magasins traditionnels.

Ce format de magasin peut très bien fonctionner, même si a un moment donné le consommateur aura peut-être le sentiment d’une offre trop limitée. L’idée de participer à l’effort collectif pour préserver la planète en consommant plus malin et sans emballage saura s’imposer.

Comment (206) Hits: 4633

Le régime “paléolithique”

Un régime de plus, qui serait bon pour la santé et qui s’inspire de nos ancètres ? De quoi s'agit-il ?

 

PHKA leRegimePaleo

 

 

Le régime paléolithique n’est pas la dernière invention d’un diététicien opportuniste en mal de popularité mais plutôt d’une l’adoption hygiène de vie inspirée de la façon de s’alimenter de nos ancêtres.

La première allusion à ce type d’alimentation est émise par le Dr S. Boyd Eaton qui publiait, en 1985, un article intitulé Paleolithic Nutrition dans le prestigieux New England Journal of Medicine.

Cet anthropologue médical émettait alors l'opinion que l’alimentation idéale correspondrait à celle de nos ancêtres de l’âge de pierre. D’après ses dires, nos aïeux ne connaissaient pas les maladies dégénératives et possédaient même une excellente forme physique qui leur aurait permis de facilement rivaliser avec les athlètes modernes.

La théorie de Dr Eaton stipule que ce sont nos gènes qui déterminent nos besoins nutritionnels. Le génome humain n’aurait évolué que de 0,02 % en plus de 40 000 ans (c’est dire que nous possédons les mêmes gènes que nos ancêtres préhistoriques), l’alimentation de cette époque nous conviendrait parfaitement.

Les principes du régime Paléolitique

Le régime Paléo exclut céréales, légumes secs, laitages, sucre, sel, parce que ces aliments apparaissent au néolithique (soit au moment de la révolution agricole).

Cette diète s’appuie sur quelques grands principes de base : manger des viandes maigres, du poisson et des produits de la mer, manger des fruits et végétaux sans amidon, pas de céréales, pas de légumineuses, pas de produits laitiers, pas d’aliments tranformés.

Les bienfaits du régime Paléolithique

Adopté le régime Paléolithique c’est adopter un mode vie différent qui permet de prévenir ou guérir un certain nombre de maladies chroniques mais aussi l’obésité ou le diabète.

Il apporte aussi une sensation de bien-être et réduit fortement les risques d’accident cardiovasculaire.

Les bénéfices santé du régime paléolithique sont directement imputables à un apport protéique élevé (satiété plus rapide, réduction du mauvais cholestérol, baisse de la tension artérielle, amélioration du métabolisme de l’insuline), aux fruits et légumes en quantité (meilleur équilibre acido-basique, prévention des cancers et régulation du transit intestinal), aux apports substantiels en oméga 3 (prévention des

maladies cardiovasculaires). Mais aussi à l'exclusion du sel, des sucres, des féculents, du gluten et des laitages (dont les protéines sont fortement antigéniques).

Où manger “Paleo” ?

Manger “Paleo” demande une adaptation, notamment au niveau de nos habitudes d’achat. Toutefois, une fois passée cette étape, plusieurs site web proposent des idées culinaires intéressantes.

L’idée faisant son chemin, certains agriculteurs et certains magasins d’alimentation bio adhèrent à présent au projet et proposent ce type d’alimentation.

Les restaurateurs ont eux aussi compris l’intérêt de l’alimentation paleolithique. “Sauvage”, le premier restaurant “100% paleo” a vu le jour en mai 2011 à Berlin (sauvageberlin.com), ou Tan à Bruxelles (tanclub.org) surfent sur cette nouvelle vague et se placent en locomotive “gastronomiques”.

Comment (209) Hits: 7147

More Articles...

  1. Un drive tout frais :-)
copyright pkha 2014
Place Sainte Gudule, 5, 1000 Brussels Belgium
tel : +32 2 759 30 06
pkha@pkha.com