pkha news

Le régime “paléolithique”

Un régime de plus, qui serait bon pour la santé et qui s’inspire de nos ancètres ? De quoi s'agit-il ?

 

PHKA leRegimePaleo

 

 

Le régime paléolithique n’est pas la dernière invention d’un diététicien opportuniste en mal de popularité mais plutôt d’une l’adoption hygiène de vie inspirée de la façon de s’alimenter de nos ancêtres.

La première allusion à ce type d’alimentation est émise par le Dr S. Boyd Eaton qui publiait, en 1985, un article intitulé Paleolithic Nutrition dans le prestigieux New England Journal of Medicine.

Cet anthropologue médical émettait alors l'opinion que l’alimentation idéale correspondrait à celle de nos ancêtres de l’âge de pierre. D’après ses dires, nos aïeux ne connaissaient pas les maladies dégénératives et possédaient même une excellente forme physique qui leur aurait permis de facilement rivaliser avec les athlètes modernes.

La théorie de Dr Eaton stipule que ce sont nos gènes qui déterminent nos besoins nutritionnels. Le génome humain n’aurait évolué que de 0,02 % en plus de 40 000 ans (c’est dire que nous possédons les mêmes gènes que nos ancêtres préhistoriques), l’alimentation de cette époque nous conviendrait parfaitement.

Les principes du régime Paléolitique

Le régime Paléo exclut céréales, légumes secs, laitages, sucre, sel, parce que ces aliments apparaissent au néolithique (soit au moment de la révolution agricole).

Cette diète s’appuie sur quelques grands principes de base : manger des viandes maigres, du poisson et des produits de la mer, manger des fruits et végétaux sans amidon, pas de céréales, pas de légumineuses, pas de produits laitiers, pas d’aliments tranformés.

Les bienfaits du régime Paléolithique

Adopté le régime Paléolithique c’est adopter un mode vie différent qui permet de prévenir ou guérir un certain nombre de maladies chroniques mais aussi l’obésité ou le diabète.

Il apporte aussi une sensation de bien-être et réduit fortement les risques d’accident cardiovasculaire.

Les bénéfices santé du régime paléolithique sont directement imputables à un apport protéique élevé (satiété plus rapide, réduction du mauvais cholestérol, baisse de la tension artérielle, amélioration du métabolisme de l’insuline), aux fruits et légumes en quantité (meilleur équilibre acido-basique, prévention des cancers et régulation du transit intestinal), aux apports substantiels en oméga 3 (prévention des

maladies cardiovasculaires). Mais aussi à l'exclusion du sel, des sucres, des féculents, du gluten et des laitages (dont les protéines sont fortement antigéniques).

Où manger “Paleo” ?

Manger “Paleo” demande une adaptation, notamment au niveau de nos habitudes d’achat. Toutefois, une fois passée cette étape, plusieurs site web proposent des idées culinaires intéressantes.

L’idée faisant son chemin, certains agriculteurs et certains magasins d’alimentation bio adhèrent à présent au projet et proposent ce type d’alimentation.

Les restaurateurs ont eux aussi compris l’intérêt de l’alimentation paleolithique. “Sauvage”, le premier restaurant “100% paleo” a vu le jour en mai 2011 à Berlin (sauvageberlin.com), ou Tan à Bruxelles (tanclub.org) surfent sur cette nouvelle vague et se placent en locomotive “gastronomiques”.

Share

Leave your comments

0
terms and condition.

People in this conversation

Comments (209)

Load Previous Comments
Powered by Komento
copyright pkha 2014
Place Sainte Gudule, 5, 1000 Brussels Belgium
tel : +32 2 759 30 06
pkha@pkha.com